Actualité

Cycle de conférences "DE LA SEXUALITE"


LA PSYCHANALYSE SERAIT-ELLE DEPASSÉE
PAR CE QU’ELLE A CONTRIBUÉ
A PRODUIRE ?
  
Cycle de conférences 2021-2023
organisé par
Houchang GUILYARDI et Geneviève VIALET-BINE
.
 
Les 2èmes jeudis du mois –
à partir du 14 OCTOBRE 2021

 
Les psychanalystes mènent tant de travaux
depuis un siècle,
qu’il semble avoir été comme oublié
que le « scandale » que la psychanalyse a provoqué,
les indignations qu’elle a fait naître,
et la réputée « subversion » qu’elle a apportée,
concernaient d’abord la sexualité.
 
Actuellement, la science et la médecine, jusqu’à la sexologie,
se concentrent sur la pathologie des organes,
leur mécanique et leur chimie,
laissant de côté la vie du sujet et sa subjectivité,
travesties derrière des demandes de "guérison" et de réunification.
 
Du côté de la psychanalyse,
on tourne beaucoup autour des formules de la sexuation et des aphorismes de Lacan: « Il n’y a pas de rapport sexuel »,« jouissance supplémentaire », ….
alors que Lacan utilisait des formules complexes et rétives,
demandant de n’en pas faire des modèles ni des fétiches.
 
Les discours psychanalytiques contemporains sur la sexualité
se cantonnent par ailleurs et le plus souvent à une prudente modération clinique,
sinon une pruderie,
pâtissant d'un évitement du réel.
Le réel de la sexualité,
au plus intime, au plus singulier, au plus hétérogène,
échappe au sujet,
le taraude et le rend malade.
 
L’actualité médiatique et intellectuelle, elle,
s’absorbe dans de violentes revendications,
entre politiquement correct,
changements nécessaires,
déculpabilisation et déni.
 
La sexualité ne saurait pourtant se résumer à l'«acte sexuel»,
à des techniques acrobatiques ou une recherche de l’orgasme,
ni même au trajet de la pulsion.
 
Des plantes aux animaux,
 jusqu'au parlêtre,
la sexualité consiste fondamentalement,
dans son essence même,
en une recherche de rencontres,
de mélanges et de transformations.
La sexualité vise la métaphore,
à travers une création poétique.
 
Son scandale
procède de la difficulté,
jusqu'à l'insupportable,
de la castration qu'elle actualise,
et se trouve de ce fait
soumise à la vindicte des tenants du Un
et de la procréation Toute.
 
Nous tenterons au cours de ce cycle,
d’en épeler d’abord les éléments premiers,
tels que FREUD les posait dès 1903.
 
Puis de repérer ce qui,
des structures fondamentales de l’inconscient,
se reconduit comme invariant,
à travers ses transformations et remaniements,
avec LACAN et notre modernité.
  
Nous nous tiendrons toujours au plus près de la clinique,
ouverts à ses surprises,
prenant les voies qui se présentent,
qu’elles soient les plus banales, inhabituelles
ou...scandaleuses.
 
Car en ce domaine,
plus que dans tout autre : 
« Toute théorie est grise, mais vert et florissant l'arbre de la vie» (J. W. Goethe, Faust)
 
Houchang Guilyardi - Geneviève Vialet Bine
Janvier 2021